Questions fréquentes concernant les LUG et les logiciels libres en général et le GwadaLUG en particulier.

LUG

Historiquement un LUG désigne un Groupe d’Utilisateurs Linux. Si le système d’exploitation GNU/Linux reste le fer de lance du logiciel libre, les logiciels libres sont maintenant légion (firefox, vlc) y compris sur les systèmes d’exploitation non libres (MS, Mac).

Aujourd’hui LUG (qui se dit aussi GUL) se traduit aussi par Groupes d’Utilisateurs du Libre

Logiciels Libres vs logiciels privateurs

Les libertés d’utiliser, de copier, d’étudier et de modifier un logiciels ainsi que d’en redistribuer des versions modifiées définissent un logiciel comme libre.

Un logiciel est libre si et seulement si sa licence garantit les quatre libertés fondamentales :

  1. la liberté d’utiliser le logiciel
  2. la liberté de copier le logiciel
  3. la liberté d’étudier le logiciel
  4. la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

À l’inverse, tout logiciel qui prive ses utilisateurs des ces libertés est considéré comme un logiciel privateur.

Open Hardware

Ce modèle du logiciel libre affecte à présent tous les éléments de la vie quotidienne et particulièrement les éléments techniques. Ainsi est apparu le concept d’open hardware : éléments physiques distribués sous des licences comparables au logiciel libre. La vulgarisation des imprimantes 3D participe à l’amplification de ce mouvement.

L’open hardware englobes des éléments électroniques mais aussi des éléments variés comme des recettes de bière, des véhicules, des téléphones ou des procédés d’épuration d’eau ...

Gwadloup et logiciels libres

Le logicel libre en apportant de nouveaux paradigmes économiques et sociaux est aussi un moyen de rééquilibrer la véritable valeur ajoutée entre des grosses entités : grands pays, multinationales et des entités plus petites : petits pays, PME.

Au-delà des aspects philosophiques liés aux logiciels libres, leur utilisation est un levier économique : les sommes investies par les clients correspondent à de la valeur ajoutée localement et non pas à des royalties exportées à l’étranger, généralement aux États-Unis. Choisir un logiciel libre, c’est donc participer à l’économie locale et favoriser l’excellence et la performance localement.

Ainsi en Guadeloupe de nombreuses sociétés utilisent des logiciels libres pour leurs projets client et il existe même depuis 2004 une SSLL : société d’ingénierie informatique spécialisée qui participe à la communauté du logiciel libre en assumant les missions d’intégrateurs, développeurs et contributeurs de logiciels libres.

GwadaLUG : liberté, DIY et DIWO

PNG - 126 ko
Logo GwadaLUG couleur


Le GwadaLUG est une association type loi 1901, créée en 2006, qui regroupe en Guadeloupe les hackers, libristes, artistes et autres curieux autour des valeurs du logiciel libre.

Le gwadalug a plusieurs groupes de travail internes, dont le groupe internet et Haut Débit qui a entrainé en 2014 la créaton de l’association fwii.fr, projet de FAI associatif en Guadeloupe.

Le credo du Gwadalug englobe les notions de logiciel libre, de DIY et de DIWO, "Do It With Others" qui signifie

Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin [1]

Outre ses groupes de travail interne, le GwadaLUG organise des événements publics et ouverts : install parties, hackperos et opérations hacker ouvert

Hackpéros

Les hackpéros sont des rencontres régulières permettant à toutes les personnes de rencontrer des membres du GwadaLUG et d’échanger autour de pratiques du hacks ou d’utilisation configuration de logiciels libres.

Selon les fois, ces hackpéros peuvent prendre la forme de mini-conférences ou de simples rencontres informelles autour d’un verre.

Actuellement, un hackpéro est organisé chaque 2ème mercredi du mois.

Ressources web

  • framastart.org : découvrez les nombreux avantages des logiciels libres, ainsi que les logiciels phares pour vos usages les plus courants ;
  • impression 3D vue par Paris Tech technologie et businiess : défis industriels et rupture systémique ;
  • april.org : promouvoir et défendre le logiciel libre ;
  • rmll.info : Rencontres mondiales du logciel libre.

Précisions sémantiques

  • Nous préferons le terme de logiciel libre à celui d’open source car ce terme insiste sur la valeur de liberté associées à ce type de logiciel [2]
  • Nous préferons le terme de logiciel privateur à celui de logiciel propriétaire, qui insiste sur la privation de liberté de ses utilisateurs et en plus, le terme de propriétaire est ambigu car le client acheteur d’un logiciel de ce type n’en est jamais le propriétaire, sa la license lui concédant juste un usufruit limité.
  • Attention aux imitations : graticiels, freeware, shareware désignent des logiciels privateurs et non pas des logiciels libres.
  • Hacker désigne les personnes curieuses qui aiment comprendre le fonctionnement interne d’un système, en particulier des ordinateurs et réseaux informatiques. Cette passion conduit souvent à devenir un expert sur certains domaine informatiques ou électroniques mais absolument pas un quelconque bandit. [3]

[1DIWO pourrait aussi se traduire en « plus on est de fous, plus on rit »

[2seules les libertés 3 et 4 nécessitent absolument l’accès au code source d’un logiciel et exercer sa liberté en informatique concerne tous les utilisateurs et pas uniquement les développeurs

[3De la même façon, le terme de piraterie désigne une forme de banditisme pratiquée sur mer par des marins appelés pirates. Cependant, les pirates ne se limitent pas seulement aux pillages de bateau, et attaquent parfois de petites villes côtières et si de nombreux hackers arborrent des têtes de mort ou autres attribut de pirate, c’est avant tout par humour, pour tourner en dérision ceux qui utitilisent ce terme pour diaboliser les hackers

Voir en ligne : Adhérer au GwadaLUG

Messages

  • 27 octobre 2014, 09:41, par Drick

    Bonjour,
    Voici quelques corrections à votre texte. Je mets entre parenthèses
    les erreurs que j’ai relevées

    À l’inverse, tout logiciel privant (prive) ses utilisateurs de (des ) ces...

    Le (Cle) modèle du logiciel libre...

    ...procédés d’épuration (d’épuraiton) d’eau...

    ...insiste sur les (les la) valeurs...

    Cordialement
    Drick

  • 30 décembre 2014, 10:54, par Olivier Watté

    Bonjour Drick,
    merci pour ta relecture, les coquilles sont corrigées.